«Internet a détruit ma vie»

Le nouveau court métrage intitulé «Synthetic Overture» nous montre le degré de peur et de solitude que peuvent nous offrir Instagram, Snapchat et Co. Les milléniaux parlent de leur addiction au web et aux réseaux sociaux.

La probabilité que tu lises cet article sur ton portable est très élevée. Sois honnête: combien de fois as-tu déjà consulté Instagram aujourd’hui? On passe aisément la moitié de notre vie sur les réseaux sociaux et on est accro à la reconnaissance virtuelle. C’est précisément le thème abordé dans le nouveau court métrage du réalisateur Jovan Todorovic, «Synthetic Overture».

Dans ce documentaire de neuf minutes dont la première a eu lieu sur le site de Dazed, Todorovic invite un groupe d’ados à témoigner de leur relation à leur portable et à la technologie. Grâce aux différentes prises de vues qui oscillent entre journal intime vidéo et plans cinématographiques, on obtient deux points de vue des protagonistes, leur personnalité en ligne et leur «véritable» moi.

La peur de la solitude

Si pour certains jeunes âgés d’une vingtaine d’années, «un téléphone est juste un téléphone», pour d’autres, le portable est un prolongement de leur corps qu’ils comparent même à un «membre détachable». Dans leur témoignage, d’autres affirment: «Internet a détruit ma vie sociale.»

Bien que les protagonistes soient originaires de différents pays, un sentiment unique les unit, à savoir la peur de la solitude et le fait de se sentir seuls et exclus en raison de la mise en scène parfaite des autres. Les sons sphériques de la bande-son et les couleurs sombres et froides accentuent l’atmosphère sombre du court métrage.

«Est-ce notre véritable identité?»

«Pour notre génération, c’est naturel d’être en ligne et d’exprimer ses émotions par des GIF et des vidéos de cinq secondes», affirme le créateur de ZDDZ et coproducteur Dasha Selyanova, que l’on peut également apercevoir dans le film. «Mais sommes-nous sûrs qu’il s’agit de notre véritable identité? Est-ce que ça nous rend heureux?»

C’est un fait: celui qui passe plus de deux heures par jour sur les réseaux sociaux a deux fois plus de chances de se sentir seul. Et si on est totalement honnête avec soi-même, on sait que beaucoup de choses sont des sornettes, car ce que l’on met en ligne, ce ne sont, la plupart du temps, que des extraits soigneusement choisis des plus beaux moments de notre vie.


Écris un commentaire

6 Commentaires

Franck il y a 1 Mois
J'ai consulté l'article sur l'ordi. Pas de smartphone, pas d'Instagram. et je le vis plutôt bien. Je préfère partager des choses avec les personnes proches physiquement.
6
1
Réponse
BB9 il y a 1 Mois
Quoi? Instafail, failbook, snapfail, ce n'est pas la vraie vie? Des gens se mettraient donc en scène pour faire croire que... ? Cela voudrait dire donc que Robert n'as pas réellement 357 amis... Stupeur.
7
0
Réponse
il y a 1 Mois
La vie 2.0 est une illusion toxique.
9
0
Réponse
Françoise il y a 1 Mois
Je prends souvent le train et je suis effarée de voir combien beaucoup de gens s'isolent derrière leurs écrans. Avant de m'asseoir, j'essaie de saluer mais souvent on ne me répond pas, quelle tristesse. Mais parfois, pour autant que l'on pose son téléphone, je peux avoir une conversation et découvrir une belle personne. Je pense que cet isolement téléphonique fait le bonheur du business des sites de rencontres... Et si en arrivant dans le train, vous disiez simplement bonjour à celle ou celui qui devient votre voisin?
11
5
Réponse
Hollywood s’arrache ses affiches

Hollywood s’arrache ses affiches

video
Les mariages bon marché sont les meilleurs

Les mariages bon marché sont les meilleurs

video
Deviens le partenaire commercial de Drake

Deviens le partenaire commercial de Drake

Une entreprise recherche un spécialiste en nuggets

Une entreprise recherche un spécialiste en nuggets