Coucher sous contrat grâce à une app

Une société néerlandaise a développé une application que vous pouvez utiliser pour définir ce qui est permis avant le sexe. Mais LegalFling résout-il vraiment le problème?

«Non» c’est «non» - cette règle devrait être claire pour tout le monde. Si votre partenaire sexuel potentiel ne veut pas donner suite, laissez-le/la tranquille. C'est du bon sens. Cependant, le débat #MeToo donne un nouvel élan à la question du consentement sexuel.

Bien sûr, il serait relativement peu sexy de signer un contrat avant les ébats pour signifier que vous êtes d'accord avec le rapport sexuel. Avec LegalFling, une société néerlandaise développe actuellement une application qui rend cela possible.

Un contrat numérique

Prenons le scénario suivant: tu rencontres quelqu'un en sortie et finalement tu ramènes cette personne chez toi. Fondamentalement, vous devriez savoir ce que vous faites - mais il serait préférable de définir certaines règles. L'idée de LegalFling est alors que vous sortiez votre téléphone, puis utilisiez l’app pour déclarer que vous êtes vraiment d'accord avec le sexe et aussi pour définir quelles pratiques vous souhaitez ou ne souhaitez pas.

Le consentement est alors stocké comme une sorte de contrat numérique dans une chaîne de blocage. Si votre partenaire enfreint cette règle, les accusations sont vérifiables et peuvent être portées devant les tribunaux.

LegalFling vous donne également la possibilité d'accepter une relation sexuelle pour une période plus longue. Si vous êtes dans une relation, par exemple, le contrat peut être prolongé indéfiniment afin que vous n'ayez pas à exprimer votre consentement à chaque fois.

Pas de femmes dans l'équipe de développeurs?

Malgré de bonnes intentions, les esprits derrière LegalFling ne semblent pas avoir bien compris le problème sous-jacent. Par exemple, ils écrivent que la seule alternative à leur application serait un contrat écrit. Des conneries. L'alternative la plus sensée est simplement de ne pas forcer votre partenaire à prendre des mesures avec lesquelles il est manifestement en désaccord.

Un autre problème: du côté de l'équipe des développeurs de LegalFling, il n'y a que des hommes. Des voix critiques affirment donc que l'évaluation des femmes n'a pas été suffisamment prise en compte. Les développeurs ne sont pas d'accord: les femmes n'étaient pas encore arrivées sur le site, parce qu'elles étaient «très pointilleuses» en matière de photos. Hum, ouais....

Actuellement, les fabricants sont toujours à la recherche d'un soutien financier pour développer leur application. Par conséquent, LegalFling n'est encore pas disponible.


Écris un commentaire

12 Commentaires

Laura la Pouffe il y a 4 Mois
Ca devait bien en arriver là, avec l'hystérie collective depuis l'affaire Weinstein...
4
2
Réponse
Réponse du il y a 4 Mois
Hystérie collective ? Sympa pour les victimes qui trouvent enfin le courage de dénoncer ces actes odieux qui perdurent depuis trop longtemps en tout impunité ! Et je vous rappelle que les dénonciations ne sont pas uniquement le fait de femmes, mais aussi d'hommes et d'enfants...
1
2
Réponse
Réponse du il y a 4 Mois
Tout le monde reproche aux victimes de ne pas dénoncer et quand elles le font, elles se font taxer d'hystériques, ne sont pas crues, leur version remise en question voire on reporte la faute de leur agression sur elles...
0
0
Réponse
Gravos il y a 4 Mois
C'est grave d'en areiver a ce niveau...
4
1
Réponse
Le pape veut-il interdire internet?

Le pape veut-il interdire internet?

video
Pourquoi cette femme balance ses excréments?

Pourquoi cette femme balance ses excréments?

video
Probablement le film le plus brutal de l’année

Probablement le film le plus brutal de l’année

«Elle m'a envoyé un texto avant de se tuer»

«Elle m'a envoyé un texto avant de se tuer»