Comédies musicales: des opéras pour les gens bêtes?

Nous sommes allés à la rencontre d’Yves Adang, danseur et comédien musical, pour en apprendre plus sur la vie d’un artiste international. Une interview qui parle de mal du pays, d’accidents sur scène et d’orgies dans les coulisses.

La comédie musicale de l’année, «Mary Poppins», est actuellement de passage à Zurich, au Theater 11. Une équipe de 150 personnes est chargée de rendre le spectacle aussi parfait que possible. Nous y avons envoyé notre journaliste - ce genre «d’enfantillage débile» n’est absolument pas sa tasse de thé - pour voir l’atmosphère des lieux, jeter un regard dans les coulisses et interviewer un des participants.

Yves Adang est un jeune Néerlandais de 31 ans, cela fait 10 ans qu’il travaille comme danseur et comédien dans le monde du théâtre. Tout a commencé avec un premier rôle, dans la comédie musicale «Grease». Depuis lors, il fait partie de toutes les productions importantes et a joué dans quasiment toutes les grandes villes d’Europe. Dans «Mary Poppins», il est Neleus - une statue.

Bonjour Yves. Tu voyages beaucoup, pour des raisons professionnelles. Quelles villes as-tu préférées?

Pour l’instant, Manchester et Edimbourg. Je ne peux encore rien dire concernant Zurich, cela ne fait qu’une semaine que nous sommes là, et la plupart du temps nous sommes en répétition.

Tu es originaire des Pays-Bas, non? Ta famille, ton pays te manquent?

Je suis habitué à être sur la route. Heureusement que ma famille me soutient énormément. Ils savent que c’est ma passion. Mais Amsterdam me manque, bien sûr. Surtout mon fiancé.

Comment ça marche? Vous réussissez une relation à distance?

Oui, nous nous rendons visite autant que possible - tous les quinze jours quand c’est faisable. Ce n’est pas toujours facile, mais cela fonctionne. Il me comprend, il est du même monde. Il travaille dans une école de danse et de théâtre, aux Pays-Bas.

Tu as une alternative? Si tu ne pouvais plus te produire sur scène?

On sait que la carrière à une date de fin, surtout quand on est danseur. Il arrive un jour où tu ne peux plus fournir les mêmes efforts physiques que quand tu es jeune. Mais je vis pour le théâtre, je ne vois donc pas l’intérêt de me poser des questions quant à l’avenir.

Ça vaut le coup au moins? Financièrement parlant?

Le salaire est correct. Il ne faut pas oublier que c’est un travail qui prend beaucoup de temps, et qui est surtout physiquement fatigant. Tu ne peux pas comparer avec un footballeur professionnel bien sûr, mais je pense que personne ici n’a choisi ce métier pour devenir riche.

J’imagine bien que ce soit fatigant physiquement. Des fois, vous sautez comme des fous partout sur la scène. Tu as déjà eu des accidents?

Une fois, je suis tombé brutalement sur les fesses, la vraie chute quoi. C’était mégagênant, j’aurais voulu disparaître dans un trou de souris. Mais heureusement, c’était dans une scène avec plein de monde, je ne pense pas que beaucoup de spectateurs s’en sont aperçus.

Peut-être que le public était simplement trop poli pour rire? Comment est-il d’ailleurs, le public? Cela te vexe quand les gens n’applaudissent pas assez fort?

Avec le temps, on sait que chaque public est différent. Dans une ville, on aura des applaudissements tout le long ; dans une autre, ce sera silence de mort jusqu’à la fin, puis des ovations debout. Il ne faut surtout pas perdre son calme.

Ma grand-mère a toujours dit que les comédies musicales étaient des opéras pour les gens bêtes.

Les opéras, c’est du lourd, ils ne sont intéressants que pour un public bien spécifique. Et franchement, j’ai assisté à un opéra il y a quelque temps, j’ai vu l’âge avancé des spectateurs. Je m’inquiète pour l’avenir de ce genre. Avec la comédie musicale, nous touchons un public plus large, nous avons encore un bel avenir devant nous.

Un tout autre sujet: on entend certaines choses concernant les gens du théâtre, qu’il y aurait des orgies géantes dans les coulisses. Il y a du vrai dans ces histoires?

Je ne dirais pas vraiment ça. Je peux imaginer que ce soit vrai pour certaines productions. Mais je n’ai jamais vu d’orgies dans les vestiaires ou autres. Ce qui peut arriver évidemment, ce sont des petites romances, des histoires d’amour éphémères. Nous sommes 150 personnes, nous travaillons tous les jours ensemble, nous sommes tous loin de chez nous et beaucoup d’entre nous sont célibataires. Il peut se passer quelque chose, c’est tout à fait normal.

Et en ce qui concerne le cliché qui dit que tous les artistes de comédie musicale sont homosexuels?

Ce n’est pas un cliché quand c’est la vérité.


Écris un commentaire

2 Commentaires

nina il y a 8 Mois
ahhh! ce n'est pas une série de cliché, cet article, c'est une expo photo au Dubner Moderne...
7
0
Réponse
Astrid M il y a 8 Mois
précision: le cliché sur les gay en fin d'article n'est pas valable pour toutes les comédies musicales. c'est juste un critère de recrutement que certains, et pas des meilleurs , appliquent... il ne faut pas généraliser, ostraciser et encore moins prendre ses désirs pour des réalités
6
1
Réponse
Voici comment vivent les jeunes en Corée du Nord

Voici comment vivent les jeunes en Corée du Nord

«South Park» s’immisce dans les foyers des fans

«South Park» s’immisce dans les foyers des fans

Netflix distribue de la coke dans les clubs

Netflix distribue de la coke dans les clubs

À quoi ressemblerais-tu en personnage Pixar?

À quoi ressemblerais-tu en personnage Pixar?