«Se lever à 4 heures du matin est une torture!»

On prétend que la vie des lève-tôt serait meilleure. Notre rédacteur tente de changer son rythme de sommeil en suivant des conseils d’experts.

Le week-end, j’aime bien rentrer à la maison quand cela fait déjà trois ou quatre heures que les pauvres gens du magasin de bretzels Brezelkönig de la gare vendent quelques-uns des meilleurs – parce qu’on n’a rien à préparer - repas contre la gueule de bois. Les raisons sont dues à l’ambiance, à la musique ou à la substance consommée – et ne sont, en fait, pas très importantes. En revanche, le lundi, je suis obligé, comme la plupart de ceux qui ne sont pas étudiants en art, de me tirer péniblement du lit à une heure à laquelle je payais encore une tournée de shots la veille.

Par amour pour mes collègues («le lundi, c’est un vrai connard»), j’ai entrepris de travailler un peu sur mon rythme de sommeil et de devenir, sans plus attendre, un lève-tôt. Evidemment non sans me référer à la science – car il s’agit là d’une expérience à haut risque, du moins pour ce qui concerne l’ambiance au bureau.

Lève-tôt contre lève-tard

«En effet, il y a les lève-tôt et les lève-tard», explique Esther Werth, directrice du laboratoire du sommeil de la clinique de neurologie à Zurich. «Il est possible de modifier légèrement son rythme biologique, mais il faut savoir qu’on ne peut pas simplement faire d’un lève-tard un lève-tôt.» Le rythme du sommeil serait ancré dans nos gènes, mais s’adapterait facilement avec l’âge.

Cela signifie que j’ai déjà un léger désavantage pour des raisons génétiques. Mais après tout, cela ne dérange pas non plus la communauté trans et aujourd’hui, on est libre d’indiquer ce que l’on veut au sujet de sa sexualité, sur Facebook. Alors je devrais aussi pouvoir être un lève-tôt. Esther Werth recommande une transition progressive et conseille d’éviter la lumière vive – en particulier celle des écrans – le soir et les explosions de lumière le matin.

Troubles du sommeil

Le premier soir, je suis au lit à 21 heures – contrairement aux recommandations de l’experte trois à quatre heures plus tôt que d’habitude – à essayer de m’endormir et comme ça ne fonctionne pas, j’essaie quelques méthodes d’endormissement classiques: musique classique, thé au miel, podcast sur la fanfiction érotique d’Harry Potter.

«Le stress et les soucis, le fait de ne pas pouvoir déconnecter, la douleur, les médicaments, des heures de coucher très irrégulières ou trop de sommeil en journée sont des facteurs qui peuvent favoriser l’insomnie», affirme la chercheuse en troubles du sommeil. Les potentielles solutions à ces troubles sont donc très individuelles. Dans mon cas, ça a été le fait que le temps guérit toutes les blessures.

Quatre heures du matin

Il est prouvé scientifiquement qu’une personne qui dort normalement et se couche généralement entre 22 heures et minuit a régulièrement besoin de sept à huit heures de sommeil. Quand, après les premières nuits, je me force à me lever vers quatre heures du matin, j’ai le sentiment d’avoir fait un bon compromis avec mon horloge interne. Malheureusement, je dois aussi condamner l’idée de simplement «stocker du sommeil en avance». «On ne peut pas prendre de l’avance pour plusieurs jours au niveau du sommeil», souligne Esther Werth. «On peut, dans une certaine mesure, prendre un peu d’avance, mais seulement dans un créneau horaire restreint» précise l’experte.

Au début de l’action, je n’arrive vraiment pas à m’adapter à ma nouvelle vie. Certes, j’ai beaucoup de temps pour consulter mon téléphone portable au lit, le matin, ou regarder dans le vide, assis à la table de la cuisine, mais je ne suis pas vraiment productif. Si j’étais passionné de sport, j’irais sans doute faire mon jogging, j’avalerais des boissons au blanc d’œuf ou je ferais un truc du genre que font habituellement les personnes qui se lèvent aux aurores. Mais moi, je gaspille la matinée avec des conneries, les premiers jours.

Un rythme?

Au bout de trois jours, je me lance et vais faire une promenade à quatre heures et demie du matin, ce qui ne contribue pas au fait de me sentir beaucoup plus actif que lorsque je rentre à pied de mes sorties vers cette même heure. J’ai, néanmoins, l’agréable sensation de gérer ma vie. Au bout d’un moment, les heures du soir durant lesquelles j’entreprends généralement quelque chose avec des amis ou laisse court à ma créativité me manquent. En contrepartie, je règle des trucs que j’aurais normalement faits pendant les heures de travail: entrer en conflit avec la poste par e-mail au sujet d’un colis, supprimer des spams, vérifier mon compte en banque. En outre, je suis déjà en pleine forme quand j’arrive au bureau.

Ce qui signifie que tout ceci profite davantage à mon employeur qu’à mon bien-être personnel – tout comme la plupart des initiatives des partis FDP ou SVP. Par ailleurs, mon expérience coïncide également avec les résultats des recherches: «une fois la période d’adaptation passée, il m’est de plus en plus difficile, après une semaine, de suivre le rythme d’un lève-tôt. Maintenant, je suis juste heureux de pouvoir travailler sur des choses jusqu’à deux heures du matin au lieu de scruter à mort ma tasse de café à 4h30 du matin.


Écris un commentaire

7 Commentaires

Joselito il y a 28 jours
Et ceux qui comme moi! Change d’horaire toute les semaines ! 5:30 /13:30 13:30/21:30 et ensuite la nuit 21:30/5:30 ! 20 ans comme ça ! Là je suis fracassé ! Mais faut bien travailler !
2
0
Réponse
Alan il y a 28 jours
04h30 pauvre petit... c'est ce que vivent beaucoup de gens chaques jours.
10
4
Réponse
J'aime me coucher tard. il y a 28 jours
Des chercheurs ont découvert que les gens intelligents sont non seulement plus libéraux et libres-penseurs, mais ils possèdent aussi des rythmes circadiens (= des cycles du sommeil) différents, les personnes les plus intelligentes ont des habitudes nocturnes, et profitent beaucoup plus du sexe et des drogues que les personnes au QI plus bas.. D’après cette étude, les personnes avec un QI plus élevé se couchent en moyenne trente minutes après les personnes d’intelligence normale, et une heure après celles de faible intelligence. La corrélation proposée par l’étude y était très claire. Plus le QI est élevé, et plus l’on se couche tard donc, êtes vous sûrs que vous voulez vous forcez? Pourquoi? Pour vivre comme ses ânes au QI à peine dans la moyenne? A part un faux sentiment de contrôle, ça vous amène quoi? Chacun sa vie, chacun son choix, en ce qui me concerne j'ai fait le mien depuis longtemps..
8
15
Réponse
nick il y a 29 jours
au tu vois ce que les chauffeurs routier vivent tous les jours
12
1
Réponse
Pourquoi on mange les pires kebabs en festival

Pourquoi on mange les pires kebabs en festival

video
Ce gamin mange des pénis et des oreilles de porc

Ce gamin mange des pénis et des oreilles de porc

Il fabrique du savon à base de graisse humaine

Il fabrique du savon à base de graisse humaine

Un mafieux, ça mange toujours bien
sponsored

Un mafieux, ça mange toujours bien