«Je produis de l’audio-porn pour puceaux»

Une productrice d’audio-porn nous raconte comment elle peut venir en aide aux jeunes pour vaincre leur peur de la «première fois» et pourquoi les textes audio érotiques sont mieux que de «vrais» pornos.

Eve* gagne sa vie en susurrant des fantasmes sexuels à l’oreille d’inconnus. A l’aide de ses enregistrements qui portent le nom d’«Eve’s Garden» («Le jardin d’Eve»), elle veut aider les hommes à avoir une sexualité saine et à gagner en assurance.

Elle est l’une des comédiennes les plus appréciées au sein de la communauté audio-porn, qui prend toujours plus d’ampleur. Son texte le plus écouté a récolté 200 000 clics et, grâce à ses 700 abonnés qui lui versent sept dollars par mois pour obtenir des contenus exclusifs, Eve peut se consacrer à temps plein à la production de textes à caractère sexuel positifs et érotiques.

L’auteure et comédienne voix off, qui vit actuellement en Irlande, nous raconte comment elle a découvert ce milieu, pourquoi elle trouve que les textes audio sont mieux que de «vrais» pornos et comment elle a joué le rôle d’un ordinateur de bord érotique au sein d’un vaisseau spatial.

Eve, depuis quand est-ce que tu produis de l’audio-porn?

Depuis tout juste trois ans. A l’époque, j’écoutais des textes audio sur l’autohypnose pour mieux dormir. Dans l’une d’elles, il y avait la voix supersexy de ce type qui m’a plutôt empêchée de dormir. Après avoir fait quelques recherches sur Google, je suis tombée sur la communauté Literotica, dans laquelle des gens écrivent des histoires érotiques qu’ils enregistrent ensuite. Ça m’a fascinée.

Et tu as commencé tout de suite?

Comme j’écris des histoires érotico-romantiques et que je travaillais déjà comme voix off, ça coulait de source d’essayer. J’ai téléchargé mon premier enregistrement sur Soundcloud. Il a été écouté par plusieurs personnes dont quelques-unes ont laissé des commentaires et c’est comme ça que tout a commencé.

Qu’est-ce qui te plaît dans ce travail?

Les textes audio érotiques m’ont beaucoup aidée à faire le point sur ma propre sexualité. Avant, j’étais plutôt timide et j’avais le sentiment de vivre ma sexualité de l’extérieur. Grâce aux textes audio, on peut subitement s’épanouir, quel que soit son physique ou son caractère, peut-être même pour la première fois de sa vie, que ce soit en tant qu’auditeur(trice) ou en tant que producteur(trice). Ça peut vraiment aider à s’épanouir sexuellement.

Entre-temps, c’est devenu ton gagne-pain. En quoi consiste au juste le travail?

J’écris tous mes scripts et m’occupe, en dehors de l’enregistrement à proprement parler, de tout le côté technique. La communauté me tient vraiment à cœur. Je passe beaucoup de temps à lire les messages personnels, les courriels et les commentaires. Je n’entretiens pas uniquement une correspondance avec mes fans, mais aussi avec d’autres producteurs de textes audio érotiques. C’est aussi très important pour la philosophie qui se cache derrière mon travail. Je ne veux pas uniquement que les gens me perçoivent comme un objet sexuel, mais aussi comme un être humain tout à fait ordinaire.

A quoi ressemble donc ta philosophie?

J’essaie de mettre fin à des préjugés et à de mauvaises habitudes en donnant une image positive du sexe, qui plaise aux mecs. De nos jours, on entend constamment parler de «culture du viol» et d’abus sexuels et dans les pornos, on devient un simple observateur qui a mauvaise conscience après l’orgasme.

Cela insécurise beaucoup d’hommes qui ne savent plus comment aborder une femme «de manière raisonnable» et qui en ont peut-être même peur. Ou alors ils ont deux images à l’esprit: la sainte et la pute, alors que les femmes sont les deux à la fois.

En quoi tes productions sont-elles différentes de cette image stéréotypée?

Un texte audio est beaucoup plus complet qu’un simple porno. Quand tu écoutes, tu participes. Tu t’imagines que quelqu’un de sexy te susurre à l’oreille que vous êtes allongés sur le lit et il se peut que tu répondes même à l’une ou à l’autre question. Et, après l’orgasme, ce n’est pas terminé, ce qui est très important pour moi. Les câlins qui suivent font partie de l’aventure, tout comme d’éventuelles blagues, car le sexe ne doit pas toujours être sérieux. Les auditeurs doivent sentir qu’ils écoutent une femme tout à fait normale, qui, en dehors du sexe, aime faire du vélo et les vidéos de chats.

Et ça passe auprès de tes auditeurs?

Ils sont nombreux à m’écrire qu’ils préfèrent de loin sentir une présence féminine dans leur vie que regarder des pornos. Quand une femme te susurre à l’oreille qu’elle te trouve sexy et qu’elle te fait fantasmer, cela peut aussi t’aider dans la «vraie» vie. Plusieurs hommes m’ont déjà écrit qu’ils avaient abordé leur sexualité de manière plus étroite et plus saine par le biais des textes érotiques et que ça les avait aidés à sortir avec une fille ou à vaincre leur peur de la première fois.

Est-ce que ces réactions te font plaisir?

Bien sûr! Je produis aussi volontairement de nombreux textes audio pour les hommes puceaux ou extrêmement timides. Ensuite, je joue le rôle de la partenaire passionnée et expérimentée et j’essaie de faire en sorte que les hommes se sentent bien dans leur corps, quel que soit leur physique. Ça me fait aussi très plaisir de produire des contenus thématiques, comme, par exemple, une sextape à la Khalesi dans le style de «Game of Thrones». Une autre fois encore, j’ai joué l’ordinateur de bord féminin d’un vaisseau spatial qui était assez excité par son équipage masculin. Les effets spéciaux de la voix ont demandé un gros investissement, mais ça en valait la peine.

Est-ce que tu es excitée ou est-ce que tu te masturbes au moment où tu enregistres les textes?

Je ne me masturbe pas, parce que je ne pourrais plus vraiment me concentrer sur l’enregistrement. Ça peut aider d’être excité, mais comme tous les comédiens, moi aussi je me mets dans la peau de mon personnage quand je travaille. Mais pendant l’enregistrement, il m’arrive d’avoir des envies.

Est-ce que tu conseillerais cela à d’autres?

Absolument! Ce qui est cool, c’est qu’on peut facilement commencer à la maison et de manière anonyme. Justement, la communauté sur Reddit est géniale pour cela. On est soutenu, on a un retour positif, ce qui permet de se débarrasser de sa propre timidité ou de ses complexes physiques. Et ça permet à tout un chacun, même si on n’a pas un corps de rêve, d’être aussi sexy qu’on a envie de se l’imaginer. C’est la démocratisation du sexe!

 

*Nom modifié


Écris un commentaire

3 Commentaires

Astrid M il y a 2 Mois
Si, contrairement au porno de base, elle arrive à faire comprendre à sa "clientèle" qu'une femme est une personne, un être sensible avec ses désirs, ses doutes, un coeur et une âme, et avec qui on doit dialoguer, bref tout sauf le sex-toy sur pattes des pornos à deux balles, bravo à elle...Mais je ne me fais pas trop d'illusions...
10
0
Réponse
il y a 2 Mois
Super votre vie ...
2
7
Réponse
Luzon il y a 2 Mois
Voilà une façon très saine de recentrer les jeunes accro aux pornos et qui croient que c'est la réalité dans la réalité d'une relation avec de vraies personnes. Bravo à elle !
12
0
Réponse
La baby-sitter qui voulait tuer un petit garçon

La baby-sitter qui voulait tuer un petit garçon

Ce festival est interdit aux hommes

Ce festival est interdit aux hommes

Une série presque trop réaliste sur l’anorexie

Une série presque trop réaliste sur l’anorexie

Le premier artiste de «mèmes» au monde

Le premier artiste de «mèmes» au monde