Pourquoi s’inventer des amis imaginaires?

Sur internet, des gens s’échangent des idées sur la façon de se créer des amis imaginaires. Une drôle de communauté!

 Autrefois, on partait du principe que les enfants qui s’inventaient des amis imaginaires étaient en danger sur le plan psychologique, qu’ils n’étaient pas en mesure de jouer avec d’autres enfants et que l’imagination était leur échappatoire. Depuis ce temps-là, des études ont prouvé le contraire. Les amis imaginaires aideraient à gérer ses propres émotions de façon créative. Diverses études montrent en effet que deux enfants sur trois s’inventent un camarade invisible qui continue, pour certains, de les accompagner dans leur vie d’adulte, comme le constate par exemple le psychologue américain Jerome Singer.

Cet avis est partagé non seulement par différents psychologues, mais aussi par un nombre étonnamment important de personnes qui s’inventent et maintiennent une relation, parfois même sexuelle, avec des créatures fantastiques. Ça a l’air bizarre, mais quasiment toutes ces personnes font le récit d’expériences positives.

Une référence au bouddhisme

Ils appellent les amis imaginaires des tulpas, un terme utilisé, à l’origine, pour désigner une «hallucination» chez les bouddhistes. «Un tulpa est un phénomène qui fait référence à des amis invisibles, à des personnalités multiples, au bouddhisme tibétain, à la psychologie moderne, au chamanisme (…) et à de curieux jeux de pensée», écrit un auteur anonyme dans un guide d’environ 200 pages sur le sujet, la bible des tulpas. «On pourrait presque dire qu’il s’agit d’une philosophie.»

Le plus grand forum d’adeptes de cette philosophie, majoritairement de sexe masculin et âgés en moyenne de 18 ans, compte plus de 10 000 membres (sachant que certaines personnes créent des comptes pour leurs tulpas). Environ 1500 d’entre eux tiennent un journal intime ou des protocoles sur la vie en compagnie de leurs amis imaginaires, souvent agrémentés d’esquisses dans le style des animés ou sur fond d’histoires complexes.

Hypnose et méditation

Pour créer ces créatures, les adeptes de ce mouvement s’inspirent des techniques d’hypnose et de méditation, s’essaient à des rêves lucides, font des exercices de représentations visuelles et se répètent inlassablement l’apparence et les histoires de leurs tulpas dans leur tête, jusqu’à ce qu’ils entendent un doux «salut» ou un «fuck off», au cas où on aurait pris Tyler Durden, de «Fight Club», comme modèle pour son pote fantastique.

Le degré de «réalité» que peuvent prendre les amis invisibles se manifeste lors d’expériences non seulement positives, mais aussi négatives. Ils sont plusieurs internautes à témoigner du fait que deux de leurs amis imaginaires ne cesseraient de se crier dessus et les rendraient quasi dingues.

«Elle m’aide dans ma dépression»

«Peut-être que ça a l’air un peu dangereux ou schizophrène pour les gens «normaux», mais les tulpas sont inoffensifs et bons», écrit Tom*. Ce Britannique de 24 ans va régulièrement sur le forum de tulpa.info et s’est inventé deux colocataires féminines. «Mia a tout juste dix mois. C’est un mélange entre une fée et Fluttershy, de «Mon Petit Poney», et elle est absolument adorable avec moi», écrit-il. «Mon autre tulpa s’appelle Tifa, est assez impertinente et ressemble à un humain avec des ailes. Il n’a que 2 mois. Au début, elles se disputaient souvent, mais maintenant, elles s’aiment plutôt bien.»

Tom est tombé sur les tulpas un peu par hasard sur un subreddit pour dépressifs. Après avoir passé quelques semaines à faire de petites recherches sur le sujet, il a décidé de s’inventer, lui aussi, un ami imaginaire. «Je dois constamment lutter contre la dépression, suis plutôt introverti et n’ai pas beaucoup d’amis, écrit le Britannique. Et dans ces moments-là, une compagne aide évidemment à avancer, même tu es le seul pour qui elle existe.»

Les psychiatres disent que c’est OK!

En raison de sa dépression, Tom consulte, plus ou moins régulièrement, un psychologue. «Après deux mois, je lui ai parlé de Mia. Il a remarqué que l’amie invisible m’aidait et a affirmé qu’il ne s’agissait pas d’un phénomène si rare», écrit-il. C’est ce que confirme notamment le psychiatre canadien Ken Shulman, qui a constaté l’existence de compagnons imaginaires chez les retraités veufs.

On peut quand même se demander si ce n’est pas dangereux. Eh bien, le peu d’études et de scientifiques à s’être penchés sur le phénomène n’ont rien de négatif à en dire. Le neuroscientifique cognitif Samuel Veissière a cependant constaté, de façon très intéressante, qu’on peut tirer des parallèles entre les tulpas et les expériences religieuses intérieures. Eh ouais, peut-être que Dieu se cache, après tout, en chacun d’entre nous! Même si on doit d’abord se l’imaginer.

Les parents de Tom ne partageraient néanmoins pas la comparaison avec la religion. Ils ne sont pas encore au courant de ses potes invisibles, car «mes parents sont chrétiens et mes amis sont plutôt conservateurs. Et ils s’accorderaient sans aucun doute à dire que je déraille complètement. J’espère qu’on pourra un jour parler plus librement des tulpas, sans se faire instantanément juger.»


Écris un commentaire

9 Commentaires

Suzon il y a 2 Mois
Si ça ne fait de mal à personne, je ne vois pas le problème ! Pourquoi vouloir tuer l'imagination ? C'est bien de s'évader dans SON monde par moments
3
0
Réponse
il y a 2 Mois
Moi j'ai pleins d'amis imaginaires... sur facebook...
4
0
Réponse
il y a 2 Mois
J'ai 66 ans et c'est à l'âge de sept ans que j'ai "rencontré" celle qui allait me fasciner toute ma vie, en dépit de la réalité don j'étais bien conscient. Il s'agit d'Alice, telle qu'elle est représentée dans le film de Walt Disney sorti en 1951. Il y a quelques années, j'ai réalisé qu'elle était la PERSONNE qui a le plus marqué ma vie. Pour moi, elle est parfaite. J'aime son look, ses aventures au Pays des Merveilles, tout comme son tempérament. Un jour, j'ai décidé de lui attribuer un prénom supplémentaire qui est Lidijela (prof. Lidiela). C'est issu de Liddel, nom de famille de la petite Alice à laquelle Lewis Carroll avait dédié son livre. Pour moi, Lidijela est la seule, mais ça ne m'a pas empêché de prendre connaissance de "l'histoire de son histoire" et toutes les autres formes auxquelles Alice est représentée, que ce soit sous la forme d'une fillette Tina Majorino), d'une jeune femme (Catarina Scorsone) etc. ou d'un dessin. Ce qui me fait plaisir, c'est qu'on peut dire que je ne l'ai pas imaginée, mais bel et bien rencontrée car elle existe bien dans le monde imaginaire, et qui ne la connait pas ?!?
0
0
Réponse
Patrick il y a 2 Mois
En même temps des tas de gens s’invent un ami imaginaire qu’ils appellent Dieu et eux personne ne les trouve fou ...
9
2
Réponse
video
Les mariages bon marché sont les meilleurs

Les mariages bon marché sont les meilleurs

video
Deviens le partenaire commercial de Drake

Deviens le partenaire commercial de Drake

Une entreprise recherche un spécialiste en nuggets

Une entreprise recherche un spécialiste en nuggets

Coucher sous contrat grâce à une app

Coucher sous contrat grâce à une app